L’Astrologie : comment ça marche? Quelle est la bonne définition de l’Astrologie? Comment fonctionne l’Astrologie?

Suite à mon premier article qui vous a aidé à faire votre carte du ciel, je pense qu’il est important de répondre à ces questions (ou du moins d’y réfléchir!) avant de vous lancer dans l’interprétation de votre empreinte cosmique.

D es polarités existent partout. Par exemple, en psychologie, Williams James a présenté le tempérament idéaliste-matérialiste, qui a ensuite été développé par Jung dans sa description du type introverti/extraverti. Si nous remontons dans l’histoire, cette distinction existait déjà depuis Platon (Idéaliste) et Aristote (Matérialiste). L’Astrologie ne fait pas exception et nous retrouvons ces deux polarités de points de vue (appelées aussi Astrologie « dure » et Astrologie « douce », d’après Jim Tester) :

Cause à effect

L’Astrologie est l’étude de l’influence des astres sur les affaires humaines. C’est le point de vue de la causalité, et celui qui est donné par la plupart des dictionnaires, qui stipulent que l’alignement des planètes / luminaires / étoiles influe directement et est la cause des évènements terrestres. Dans ce cas, cela doit provenir d’une force physique inconnue. C’est également une approche plus terre à terre et déterministe.

Co-existence

D’un autre côté, l’Astrologie est vue comme un système destiné à interpréter les signes célestes, et à pouvoir prédire des évènements futurs, aussi bien pour les individus que pour les nations ; mais il n’y a pas ici de lien de cause à effet. Ainsi, les faits (objets célestes, points mathématiques dérivés) et les interprétations (du symbolisme astrologique) cohabitent, coexistent. La conscience et la matière proviennent d’un champ unique, et leur cohérence est présente à tous les niveaux à partir du l’échelle subatomique. C’est une sorte d’effet miroir.

La définition contemporaine de l’Astrologie, donnée par les astrologues eux-mêmes, est que c’est l’étude des corrélations entre les objets célestes et les évènements terrestres. L’adage « les astres prédisposent mais ne contraignent pas » s’est réaffirmé au cours du 21ème siècle.

Jetons un coup d’œil à la chronologie de la pensée astrologique.

Claude Ptolémée, un savant gréco-romain du 2ème siècle avant notre ère, a mis l’Astrologie dans le schéma causal mentionné plus haut, et a expliqué l’influence des planètes comme le résultat de l’interaction entre différents niveaux de chaleur et d’humidité. Cette représentation a été dominante durant le Moyen-Âge. Ensuite, avec l’avènement du scientisme, l’Astrologie et le dilemme dont nous parlons ici ont été oubliés.

L’Astrologie a vécu une renaissance au 20ème siècle et la théorie de la « synchronicité » de Carl Jung a été adaptée pour expliquer le fonctionnement de l’Astrologie. Il est dit en substance qu’il y a « un principe unificateur de non-causalité », et que les positions et interactions entre les objets célestes d’une carte natale ne poussent pas l’individu à être comme il/elle est, mais reflètent simplement un état cosmique à un moment donné.

Bien que la relation de causalité ait été prouvée entre les manifestations célestes et leurs conséquences géophysiques (cycle Soleil-Lune et les marées ; vent solaire et son influence directe sur la magnétosphère terrestre), l’Astrologie a été considérée au départ comme un outil pour interpréter les « messages des dieux » et les évènements terrestres étaient simplement déclarés comme en corrélation avec ceux des étoiles.

Après avoir traversé une ère fataliste durant le Moyen-Âge, l’Astrologie d’aujourd’hui semble être davantage holistique et flexible, avec une branche individualiste importante – la fameuse Astrologie Humaniste. Elle dit simplement : « Vous avez le pouvoir ! »

Mais cela n’explique toujours pas comment l’Astrologie fonctionne !

Les deux points de vue sont valables et nous ne pouvons pas en éliminer un à la faveur de l’autre. Pourtant, si nous voulons que l’Astrologie soit une science, comment traduire cet art ancien en physique théorique ? Si il y a un lien de causalité, alors il doit exister une force physique dans l’Univers qui n’a pas encore été mesurée. Si il n’ y a pas de lien de cause à effet, alors nous pouvons parler d’une autre dimension, qui réunit tout dans l’Univers. Dans chacun des cas, nous ne pouvons nous satisfaire de l’affirmation selon laquelle l’Astrologie fonctionne par des « forces » ou des « dieux ».

Si nous partons du principe que l’Astrologie fonctionne car nous en avons les preuves circonstanciées (même si ce n’est pas suffisant pour la communauté scientifique) et qu’elle fait partie du Cosmos, alors il doit y avoir une explication rationnelle à ce phénomène.

Et pourquoi pas les mathématiques ?

David Cochrane, qui pratique l’Astrologie vibrationnelle, a des idées intéressantes sur comment le Zodiaque a été créé. Il y a quelques années, des structures géométriques inconnues ont été découvertes dans l’espace – c’est un objet mathématique en forme de bijou qui explique le comportement des particules subatomiques. Cette découverte facilite l’intégration de la théorie de la gravité dans les lois de la physique quantique.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’Astrologie ? Eh bien, cela veut dire que l’espace et le temps ne sont pas si fondamentaux et que la géométrie (sacrée) peut être au centre de notre monde physique. Voilà qui ressemble à l’Astrologie !

Pour résumer, l’hypothèse de David concernant le lien entre les particules subatomiques, leur caractéristiques et le Zodiaque est le suivant : le spin est une des caractéristiques des particules subatomiques (avec leur masse et leur charge). Pourtant, il ne s’agit pas d’un spin normal qu’un esprit humain peut imaginer, qui est une rotation circulaire. Ce spin a un moment cinétique sans déplacement et soit génère ou est réglé sur la période de Pisano (fonction périodique des nombres de Fibonacci). Ce spin crée une structure géométrique – division du ciel en 30° chacune – à partir de séquences de nombres.

Nombres -> Spin -> Structures. Cela signifie que les nombres sont au cœur de notre Univers et, bien sûr, de l’Astrologie. N’est-ce pas fascinant ?

Cette idée n’est pas aussi folle qu’il y paraît, si nous considérons que la numérologie a toujours été un facteur clé de l’Astrologie (12 signes du Zodiaque, la 9èmeharmonique, en sont quelques exemples). La recherche moderne suggère que la répartition des nombres de Fibonacci et des nombres premiers autour du cercle crée le Zodiaque, et nous n’avons fait qu’effleurer là ce que vont être les formidables découvertes du 21èmesiècle concernant notre art bien aimé qu’est l’Astrologie.

Références et lectures recommandées :

  1. Tester, J. (1996). A History of Western Astrology. Boydell Press.
  2. Diaz, A. Approaching Astrology with a 21st century mind (Apr 2017). ANS.
  3. Brennan, C. The Definition of Astrology article (Aug 2011).
  4. Quantamagazine.org. A Jewel at the Heart of Quantum Physics (Sept 2013).
  5. Cochrane, D. How Astrology Works: A New Theoretical Framework (Dec 2016).

Consultation astrologique!

J’espère que vous appréciez ce contenu. Pour une expérience personnalisée, vous pouvez faire appel à mes services!

Commandez votre consultation!
Catherine

Catherine

Catherine Sinclair est une Astrologue et Taromancienne professionnelle, basée dans la belle ville de Lyon, en France. Catherine a travaillé comme analyste d'affaires dans les secteurs pharmaceutiques et de l'assurance, mais le retour de Saturne a changé ses aspirations. Catherine propose des consultations en astrologie natale, prévisionnelle, horaire et élective. Elle est membre de l'Association Astrologique de Grande Bretagne, de la Société Internationale de Recherche Astrologique (Etats-Unis) et du Cercle Astrologique de Lyon.

Leave a Reply